Ecole sur la route…

Notre retour d'expérience pour un CE2 et une 4ème!

Faire l’école en voyage était ma plus grosse crainte pour nos un an en Amérique du Sud ! En effet, comment gérer le voyage / tour du monde en profitant et en instruisant tout de même nos enfants ! Pour qu’ils retournent ensuite sans problème sur les bancs de l’école !

En France, contrairement à d’autres pays, l’école n’est pas obligatoire : c’est l’instruction qui est obligatoire, d’où la notion d’instruction en famille ou IEF ! Cela aide beaucoup pour partir en voyage en famille.

En effet, aucune loi, pour le moment, ne peut vous empêcher de d’instruire vous-même à vos enfants.

Quelles démarches pour déscolariser vos enfants et voyager ?

Depuis cette rentrée 2019, l’instruction est obligatoire dès 3 ans. Vous devez donc accomplir ces démarches dès l’école maternelle !

Prévenir par lettre recommandée :

  • votre académie et le DESDEN
  • l’école de vos enfants
  • votre mairie

Normalement, après ces formalités, vous recevez ainsi une lettre de radiation, il faudra bien penser à réinscrire vos enfants avant votre retour. Pensez à vous y prendre 2 à 3 mois avant pour être sûr d’avoir de la place !

>> Ici un très bon article de ma copinaute Tifanya sur la législation

1er jour d’école en bivouac – face à la mer

CNEd ou pas CNEd : Quelle scolarité choisir pour vos enfants en voyage ?

Les cours par correspondance :

CNED, cours Legendre (des cours comme le CNED en Belgique) le choix est vaste.

Le principe reste le même : les enfants auront un support et des notes tout au long de l’année. Cela leur permettra de faire leur rentrée scolaire sans aucun souci, ils auront même un bulletin scolaire pour cette année.

Pour le CNED attention cependant, il est maintenant quasi impossible de postuler gratuitement au cours du CNED dans le cadre d’un voyage (cours réglementé), vous devez prendre les cours à la carte et c’est plus d’une centaine d’Euros par matière !

Au soleil pour avoir chaud!

Elaborer votre propre programme

Ne pas faire d’école pure et dure : le Unschooling

------------------------------------------------

Tout pour préparer votre voyage 

------------------------------------------------

Le unschooling, c’est le fait de ne pas suivre les programmes de l’école, en considérant que les enfants apprennent tout au long de leur découverte, à leur rythme! Idéal pour des enfants en maternel, je pense.

Après, j’ai plus d’appréhension quant à apprendre à fiston ces tables de multiplication sans pratiquer tous les jours sous forme de quizz ! Mais en le présentant peut-être en jeu, tombons-nous peut-être sur le unschooling !

Et au collège, je ne vois pas comment cela peut fonctionner !

Mais je ne suis pas experte, bien que très intéressée par ces solutions, je suis encore trop formatée !

Jeu de voyage: les maths dans le sable!

Faire l’école en voyage à votre rythme en vous appuyant sur les programmes

C’est la solution que choisissent beaucoup de parents surtout pour les primaires !

Je vous conseille de programmer un peu votre planning avant le départ ! Ce n’est pas simple, mais vous aurez le temps de trouver les supports qui conviennent à votre enfant et à vous !

Notre choix d’instruction en famille pour nos un de voyage

Partie écrite avant notre départ!:

Nous allons tenter un mélange d’école et de « relâche ». Nos enfants marchent bien dans leur niveau.

Instruction CE1 en voyage pour Mini Voyageur

Nous avons vu la / les maîtresses avant notre départ (étant en double niveau depuis le début de sa scolarité).

Nous avons pris le même livre de français qu’elles, Cléo français ce que j’ai trouvé sympa, c’est de faire des exercices de différents chapitres chaque jour. On va essayer de présenter cela un peu comme une énigme, on verra.

Pour les maths, idem, l’école utilisait la méthode Singapour, on suivra également avec les cahiers d’exercices A et B(ancien format car il y a plus d’exos) . Mais on veut aussi que Mini Voyageur se rende compte de l’intérêt des maths dans la vie de tous les jours.  Du coup, il fera avec M.Papa des calculs pour mettre à jour le carnet de bord du véhicule : kilomètres parcourus, faire les courses et compter l’argent, etc.

J’ai gardé cette partie de texte, écrit au moment de la préparation du voyage ! Très franchement, nous n’avons que très peu fait de unschooling, c’est-à-dire faire le programme d’école dans les situations de tous les jours… ou alors on ne s’en est pas rendu compte !

J’ai ensuite préparé un tableau excell, pour mettre des dates sur chaque chapitre prévu pour voir si on tenait le cap ! J’ai téléchargé avant de partir des fichiers complémentaires sur les différents apprentissages (des sortes de tests de niveau – les ceintures de grammaire, math, etc..) qui permettait à Mini Voyageur de changer de support et de la routine, et à nous de savoir ce qui était acquis ou pas !

Mini Voyageur a fini le programme début mai, en étudiant seulement les maths, le français. Il n’a jamais fait de dictée, mais on corrigeait son carnet de voyage à l’oral pour revoir le français !

Il travaillait environ 1h à 2h par jour grand max, tous les jours sauf coupure quand on avait de nombreuses visites ou étions avec des copains quelques jours !

Jusqu’en août, il a travaillé sur le livre Tout savoir CE1, sur toutes les matières du livre ! A peine 1h par jour pour 2 ou 3 matières

Se concentrer quand un groupe de chanteur bolivien tourne un clip!

Collège et 4eme en voyage pour Miss Voyageuse.

Pour Miss Voyageuse, nous avons décidé de suivre le programme grâce à des livres numériques, téléchargés pour être consultables hors ligne depuis tablette ou ordi ! Cela se trouve sur le site lelivrescolaire.fr, uniquement pour les collégiens et lycéens pour le moment ! Ces livres sont utilisés par certains professeurs dans les établissements scolaires.

Avant de partir, avec les professeurs de Miss Voyageuse nous parlions de saut de classe pour la 4ème. C’est d’ailleurs cela qui nous a décidés et convaincus de partir à ce moment-là !

Nous l’avons donc pris cool !

Miss Voyageuse travaillait un peu plus que son frère : 2 bonnes heures ! Elle a potassé les maths, le français (surtout la grammaire) par écrit et l’allemand qu’elle suivait depuis la 6ème par le CNED.

Ce fut d’ailleurs assez difficile, car elle vivait sans arrêt avec l’espagnol ! Mais elle s’en est bien sortie ! Mais nous pouvons confirmer que c’est compliqué, même en ayant le CNED en version numérique hors ligne : l’envoi et l’enregistrement des devoirs (dans le cas d’une langue étrangère) est compliqué : il y avait toujours un brouhaha de fond qui empêchait ses profs de bien l’entendre….

En histoire, elle a résumé ses cours, et on travaillait à l’oral, pendant les longs trajets, les leçons et explications de documents. Nous avons surtout lu de nombreux romans, biographies, films correspondants aux époques historiques étudiées et toute la famille s’est éclatée ! Mini Voyageur a beaucoup appris à ce moment-là.

Nous avons fait de même pour la SVT. En Français, toutes les explications de texte, étude de document ont été réalisées à l’oral également. Elle a lu plus de 110 livres dans l’année sans compter les BD (340), et de très nombreux classiques : ce qu’elle n’aimait pas avant le départ !

Elle finissait son programme fin mai en math, français, histoire, allemand. Alors, elle a commencé à bosser sur Tout Savoir 4ème pour l’anglais, l’espagnol par écrit. Nous avons fait complètement l’impasse sur la physique-chimie.

Le retour après une déscolarisation pour voyager un an

J’en ai parlé un peu dans le bilan général de notre voyage ici.

Après des échanges en mai, avec l’inspecteur d’académie, il nous demandait de passer des tests pour le retour à l’école des enfants.

Test ou pas test !

Après inscription de Mini Voyageur en CE2, dans son ancienne école, nous n’avons plus eu de nouvelles !

Pour Miss Voyageuse, malgré la demande d’inscription en juin, elle n’était toujours pas inscrite en 3èmeans son établissement fin aout. Après appel à l’inspection, l’inspecteur nous a dit que l’inscription serait définitive après un test dans l’établissement et nous a conseillé de rencontrer le principal du collège.

RDV fut pris 3 jours avant la rentrée.Le principal était nouveau (ne connaissait pas les RDV faits pour le saut de classe envisagé), mais dynamique. Nous avons raconté notre décision de voyager, le saut de classe envisagé pour Miss Voyageuse, lui avons montré son travail de l’année.

Il lui a expliqué qu’il lui faisait confiance, qu’il la mettait en 3ème sans test, qui aurait repoussé sa rentrée de 10 jours, et lui a proposé de changer de 2nde langue et de prendre espagnol au lieu d’allemand ! Ce fut la danse de la joie pour ma grande !

Ecole sur le salr d’uyuni – bolivie
Vivre une expérience unique: faire ses devoirs sur le plus grands étendue de sel du monde

Et après 4 mois d’école : le bilan

Au CE2

Mini Voyageur a apprécié retrouver ses copains, mais 80 % des maîtres étaient nouveaux, quelle déception pour lui ! Au bout d’une semaine, il nous a dit : «  c’est bon, on peut repartir » !

Le plus dur au début a été l’écriture ! Quand on voyage, on écrit bien moins qu’en classe: Mini Voyageur ne faisait que remplier ses exercices et un texte de 5 lignes environ sur son carnet de voyage. Mais le maître nous a dit que tout rentrerait dans l’ordre vers la Toussaint et Mini Voyageur a repris le rythme plus rapidement.

Les résultats sont bons, me semble-t-il.

Ce qui gêne Mini Voyageur : c’est le brouhaha constant dans la classe, il a du mal à se concentrer comme il le faisait seul l’an passé ! Les copains (-ines) lui parlent, le font rire, etc. il a du mal voulant toujours être parfait !

Mais au bout de 4 mois, il dit quand même préférer faire l’école avec nous, car il s’ennuie un peu en classe, n’aime pas les injustices des punitions collectives, les groupes d’enfant qui se moquent toujours de quelqu’un d’autre !

Ces amis disent qu’il est trop gentil: il aide les plus petits, les console, défend ceux qui sont moqués ! Il a beaucoup mûri, et devenu plus indépendant et autonome, c’est certain ! Il a pris beaucoup d’assurance aussi, mais difficile de savoir si c’est le voyage ou le développement naturel!

Dur, dur la concentration quand on est entouré par les copains boliviens

Le retour en 3ème de Miss Voyageuse

Il s’est très bien passé ! Les notes sont excellentes comme avant avec même un 19,89 de moyenne en espagnol ! Pas de risque de retourner en 4ème, comme l’avait menacé le principal !

Pour les amis, c’est fluctuant, certaines ne lui ont plus adressé la parole au retour, elle s’en est fait des nouveaux !

Par contre, le retour en janvier fut plus difficile ! Elle sent vraiment qu’elle perd son temps, à attendre le reste de la classe pour avancer dans certaines matières ! Mais l’envie de rester avec ses amies reste quand même forte !

On travaille dur après 5 jours sans école dans le sud Lipez

L’école en voyage: ce qu’on a aimé et pas aimé

Faire les gendarmes

Ces temps d’apprentissage se sont dans la majorité du temps très bien passé! Mais ce fut plus facile dès que nous avons instauré un rythme régulier! Au début, nous faisions quand nous avions le temps! A la reprise du travail, c’était une véritable galère surtout pour Mini Voyageur! Manque d’envie, de concentration…

Le chapeau « gendarme » était de sortie, et les engueulades qui vont avec!

Du coup, nous avons imposé le rythme de 2h de travail tous les matins avant de lever le camp, 7 jours sur 7! Cela nous permettait de nous laver, ranger, travailler pendant que les enfants travaillaient en autonomie!

Les choses se sont bien arrangées, mais c’étaient toujours dur de s’y remettre après quelques jours de pause!

Anecdote: au départ, on travaillait beaucoup quand on roulait. Puis on s’est mis à aimer les pistes: impossible de travailler à l’écrit! Quand on votait pour savoir quelle route prendre, les enfants voulaient toujours prendre la piste! Il se sont vanté auprès d’amis ensuite, qu’à chaque fois qu’on prenait une piste, ils évitaient les devoirs! On est du coup passé au travail oral sur ces longues pistes (qui ont du représenté 70% de notre parcours!)

Voir ce qu’apprennent nos enfants

Je crois que ce que j’ai préféré, c’est de pouvoir partager les apprentissages avec les enfants sans parler de note, en discutant vraiment de ce qui est intéressant dans le sujet ! De remettre nous aussi nos connaissances à jour avec les enfants ! Ou de débattre sur des idées de livres avec ma plus grande !

Nous voulions continuer à suivre autant avec l’école, mais en CE2, les maîtres ne partagent pas assez leur programme autre que les cahiers d’évaluation (mais ça y est les connaissant mieux, je me permets de leur demander) pour discuter à table des découvertes de Mini Voyageur)

Et en 3ème, Miss voyageuse est tellement séché par ces 7 h de cours que le soir, elle n’a aucune envie d’en parler après les devoirs. Du coup, nous n’avons pu lire aucun livre commun sur la 1re guerre mondiale ! Mais je tente de lire les mêmes livres de français pour au moins discuter de cela !

Les enfants cherchent à en savoir plus d’eux même

Au bout de quelques mois, on s’est aperçu que les enfants demandaient à apprendre de nouvelles choses d’eux-même! Ils voulaient qu’on cherche sur internet etc… des infos sur ce que l’on avait vu! C’est souvent ce que me disent les amis qui font l’instruction en famille au quotidien! Hélas, cette envie est pas mal retombée avec le retour en classe!

En résumé, ma plus grosse crainte s’est transformé en belle expérience autant pour moi et Nico que pour les enfants! Alors ne soyez plus inquiet, c’est complètement faisable de pratique l’IEF en voyage.

D'autres idées de circuits en famille

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.