Timbre Equipezvous_compressed

Grande question aujourd’hui… J’avoue que c’est un sujet qui revient de régulièrement dans nos conversations avec M. Papa. Je vous le dis tout de suite, je n’ai pas la réponse à cette question…

 

Nous avons déjà fait notre moitié de tour du monde en Asie et Océanie pendant 6 mois seulement pour ne pas laisser trop longtemps ma mère seule.

A l’époque déjà, nous savions que les voyages ne s’arrêteraient pas pour nous. Même avec l’arrivée des enfants, des emplois stables, une maison, nous tentons d’assouvir notre passion des voyages en économisant beaucoup pendant l’année pour pouvoir voyager.

 

Par contre quand vient l’évocation d’un tour du monde, nous sommes très perplexes et hésitants. Les bonnes ou fausses raisons de ne pas partir, tout le monde en a…

 

 

Ce n’est pas la peur de l’inconnue qui nous arrête! On a déjà testé… et l’inconnu t’effraie tant que tu n’y es pas!

C’est pourrait être un peu la carrière professionnelle; même si on sait que ce n’est pas tout dans la vie, et que nous avons déjà fait le choix d’avoir des boulots moins rémunérateurs que dans certaines grandes villes, mais qui nous permettent de manger tous les jours midi et soir avec nos enfants pour profiter au max de ces 20 petites années où les enfants restent près de vous…

Ce pourrait être le budget: mais en s’organisant, économies, location de maison, vente des voitures, et autres biens cela pourrait se faire…

 

 

Non ce qui me gêne le plus, ce sont les enfants

 

 

Pas par peur de l’inconnu, des maladie ou des pépins qui peuvent arriver, pas par peur des longues heures à jouer à la maîtresse (quoique!) mais plutôt par peur de leur imposer quelque chose qu’ils ne souhaitent pas.

Voyager sur le long terme, c’est notre rêve à nous 2! Les enfants partagent notre passion en vacances pendant 2 à 4 semaines… mais sur  le long terme. Qu’en sera-t-il?

Ne plus voir leurs grands-parents (ils n’ont plus que les parents de M.Papa), ne plus voir leurs amis, ne plus suivre leur routine…. Arrive-t-on à concilier visites et envie des enfants pour jouer, ne rien faire, rêver, jouer au playmo, rester en pyjama…

 

Pouvons-nous décider pour eux? Même si on recommande d’en parler avec ses enfants, ne tentons-nous pas, en fait, de les convaincre en leur faisant miroiter tout ce qu’un tour du monde va leur apporter (et ça je suis convaincue que c’est une chance incroyable!).

 

A 2 ans c’est facile! Le monde tourne autour de la famille de bébé! C’est lui le centre du monde! Où qu’il soit! Les « non » et les « A moi » pourront être facilement appris dans toutes les langues pour « partager » avec les autres enfants 😉

 

Mais à 9 ans!  Etre avec ses parents toute la journée! A 9 ans, c’est une autre affaire! Surtout avec une grande fille qui est déjà trop mûre pour son âge… et qui est très, trop souvent au milieu des adultes…

A force de lire de nombreux récits de voyage en famille, j’ai été, une fois, très impressionnée par le récit d’une famille dont la petite fille pleurait à chaque fois qu’ils devaient quitter les voyageurs avec enfants qu’ils rencontraient… Et moi, mes enfants ont 6.5 ans d’écart donc pas très cool pour vraiment jouer ensemble!

 

C’était la pensée du jour, après avoir écrit l’article sur les familles autour du monde… A faire mûrir et en attendant, nous continuons de profiter de toutes nos escapades en famille, car nous avons déjà cette chance incroyable de pouvoir en faire à chaque vacance!

 

Et vous, vous êtes vous déjà posé la question? Qu’est-ce qui vous retient de faire un tour du monde en famille?

J’attends vos avis pour arriver à y voir plus clair!

 

Print Friendly, PDF & Email

19 Réponses

  1. Sylvie

    Difficile de répondre à cette question ! Tout dépend de l’âge et de la personnalité des enfants. Mais il me semble qu’un enfant se sent sécurisé accompagné de ses parents quel que soit l’endroit où il se trouve. Le voyage lui apporte une ouverture sur le monde et une capacité d’adaptation qui lui serviront dans la vie.
    Voilà le témoignage de ma fille partie avec nous autour du monde : http://lecoindesvoyageurs.fr/agathe-premier-tour-du-monde-a-16-ans

    Répondre
    • Sandrine

      Salut Sylvie, j’attendais ton avis! et Quel âge avait ton fils lors de ton tour du monde?

      Je crois qu’il y a un âge difficile pour les embarquer s’ils ne sont pas à fond dans le truc: c’est pré-ado et début d’adolescence. A 16 ans, je crois qu’on est capable de prendre du recul sans être trop influencé par ses parents!

      Je suis bien d’accord avec toi sur ce qu’un voyage au long cours apporte aussi bien aux enfants qu’aux parents d’ailleurs!

      Répondre
      • Sylvie

        Mon fils avait 12 ans. Moyennement partant au début, il a adoré et a très envie de repartir :)! Je vais penser à l’interviewer…

  2. Aude

    J’aime bien ton thème.
    NOus n’avons fait que des « petits » voyages de 1 à 2 semaines (croatie, écosse, bavière, corse, italie) avec notre fils de 3 ans. Et a chaque fois, je me pose la question, pourquoi on depense sur une courte periode alors qu’en partant sur du long on pourrait faire plus.

    Perso je ne sais pas si je m’en sens capable, tout simplement.
    Je suis contente de partir 2-3 semaines mais j’aime aussi rester à la maison à « glander » sans me presser. On est d’accord qu’on peut le faire aussi sur une longue période mais ????
    Et puis financierement meme si c’est possible, je me dis « est ce judicieux parcequ’on sait pas de quoi sera fait l’avenir.  » remarque aussi idiote, en partant regulierement, on arriverait au budget tour du monde…
    certainement des faux arguments…:-)

    Nous attendons Numéro2. les enfants auront 3,5 ans d’écart.
    Et nous avons des projets pour la suite : 2-3 semaines en janvier prochain en guadeloupe.
    On sait que qd ils auront un certain age, on ira en safari en tanzanie. Et faire 1 mois dans l’ouest américain. (donc mon argument financier est cretin!!!) On a des projets mais partir sur le long cours?????
    merci en tout cas de poser des questions interéssantes, qui nous font réflechir 😉

    ps : promis un jour, je prendrai le temps de répondre à un questionnaire de voyage….

    Répondre
    • Sandrine

      Oh merci d’avance Aude pour l’interview 😉

      Tous les arguments que tu donnes sont valables oui et non c’est à chacun de choisir! Mais ce sont les arguments que j’avais avant notre voyage de 6 mois en Asie et Océanie! Maintenant je sais que ce sont surtout des peurs et angoisses devant l’inconnu! Parce que le l’avenir ce peut être aussi un licenciement qu’on aura pas choisi et qui nous met dans la même situation « sans emploi » sauf qu’on ne le choisit pas!

      Après question budget y’a pas photo, un voyage au long cours c’est bien moins cher que partir à chaque vacance!

      En tout cas ravie de ta participation et à très bientôt!

      Répondre
      • camille

        Pour le budget des vacances chaque année,cela dépend biensûr des destinations! Car un tour du monde,cela reste un autre budget tout de même! En tout cas (nous avons 3 enfants) c’est ce qui nous freinerait!Et puis la scolarité des enfants également :-/ Ils étudient depuis peu dans une autre langue donc ce ne serait pas possible! Mais comme dit plus haut,il faut tenir compte de la personnalité de chaque enfant,des attentes de chacun!Pas toujours évident!

  3. Anna

    Je me pose les mêmes questions que toi et si nous ne faisons pas de tour du monde (en plus de la problémantique du boulot car pour le moment, ma demande de congé ne serait de toute façon pas acceptée …) c’est parce que nous avons trouvé un équilibre : découverte du monde à l’occasion de voyages de 1 semaine à 1 mois, et routine des enfants : école, amis, grands-parents … Ma fille de 9 ans est passionnée d’équitation et je trouverais dur de la priver de ses cours, de ses concours … Bien sûr, on vivrait des choses intensément mais on passerait à côté d’autres qui sont aussi importantes pour les loulous. J’ai aussi peur du décalage du retour … Revenir au train-train du boulot pas toujours exhaltant par exemple. Mais je sais qu’avec mon mari nous avons ce rêve que nous réaliserons tous les 2, peut-être un peu plus tard !!! Ou quand nous ne trouverons plus d’excuse pour reporter le projet car l’envie sera trop forte !!!!

    Répondre
    • Sandrine

      Salut Anna, J’ai un peu la même façon de penser que toi, les enfants ont leur propre vie sociale! Et je te confirme, le train-train après le retour après seulement 6 mois c’est dur-dur! Mais nous cela nous a permis de savoir, avec M.Papa, qu’on aimait être la plupart du temps ensemble et on a découvert qu’on voulait bosser ensemble et cela nous a permis de mettre cela en place à notre retour (avec de la chance de trouver une boite qui avait besoin de 2 personnes!)

      Répondre
  4. Tiphanya

    Je pense qu’il faut aussi être capable de voir ce qu’il y a derrière un « non ». Il y a des tas de choses que nos enfants n’ont pas envie de faire et que nous les forçons à faire (ainsi j’oblige ma fille à se laver tous les jours ! )

    Mon namoureux est parti à 12 ans avec toute sa famille pendant un an, faire le tour de la Méditerranée en camping-car. Quatre enfants de 12, 12, 9 et 2 ans. Il était absolument contre. Il a négocié des trucs farfelus pour ne pas partir (il a obligé ses parents à emporter le cor d’harmonie par exemple). Et le connaissant il a probablement était infect pendant la plus grande partie pour ne pas perdre la face.
    Mais il a adoré, il recommencerait tout pareil.
    Et aujourd’hui (presque 20 ans plus tard), la seule qui ne parle qu’en négatif de ce voyage, c’est celle de 2 ans, qui n’en a aucun souvenirs, car justement elle n’en a aucun souvenirs.

    Maintenant le jour où ma fille est malheureuse à cause du voyage, je rentre direct (ou tout du moins je m’installe quelque part pour lui rendre la stabilité d’une vie selon les normes).
    Car le plus important est l’équilibre familiale en fonction des priorités de chacun (je pense au cours d’équitation du commentaire de Anna ou à la présence des grands-parents de tes enfants).

    Répondre
    • Sandrine

      Coucou Tiphanya, c’est vrai que c’est l’harmonie de la famille qui compte! Oui, faire un voyage avec une enfant qui pleure dès qu’elle quitte des nouveaux amis, comme je l’ai lu sur un blog, je trouve cela trop dur! Donc c’est ien de prendre en compte les envies de ses enfants comme tu le ferais si jamais ta louloute changeait d’envie!

      Répondre
  5. Hélène

    Merci Sandrine pour ton article,

    J’apporte mon point de vue quoique pas complet puisque nous ne sommes pas encore partis aussi longtemps, mais c’est plus sur la prise de décision et les freins que je voulais donner un avis.
    Nous avons voyagé souvent sur de petites périodes (3 semaines maxi) avec nos 2 aînés mais à côté de cela un boulot hyper prenant (commerçant) ne nous permettait pas d’avoir une vie « normale »… Au final des heures et des heures de boulot et des enfants qui s’élèvent un peu tout seul ! A ce moment là nous n’aurions pas fait ce choix de tout lâcher le temps d’une grande parenthèse car notre priorité était « notre situations professionnelle ».
    Aujourd’hui les grands sont adultes et installés et reste encore avec nous la puce de 7 ans 1/2 et je vous assure qu’avec elle nous ne voulons pas nous laisser voler tout ce temps comme nous l’avons fait pour ses frères.
    Prise de conscience, choix, remise en question… Ce qui est vrai aujourd’hui e le sera peut être plus demain. Comme tu le dis Sandrine, l’avenir ce peut être un licenciement ! Ce que ma vie jusque là m’a appris est que le temps passé, lui, ne se rattrape pas. On n’a pas l’occasion de réécrire le livre de notre vie. Donc si le moindre doute persiste peut être est-ce à creuser. Ce qui se cache souvent derrière tout ça c’est la peur de sortir de leur zone de confort et de sécurité nos têtes blondes mais aussi souvent la culpabilité que nous font ressentir des personnes « bienveillantes » qui nous entourent.
    Alors oui la décision de partir longtemps avec ses enfants n’appartient qu’à nous, non ce n’est pas forcément facile de dire à un pré-ado qu’il va quitter ses potes pour « un peu plus que ça » mais je reste persuadée qu’une fois sur la route il sera le premier à traîner les pieds pour rentrer à la maison, pour peu que chacun concède à l’autre : partir longtemps mais pas trop, choisir des lieux en fonction de chacun et déléguer ce qui peut l’être dès le début des préparatifs (quitte à refaire après) pour qu’ils deviennent acteur de leur voyage dès les préparatifs.
    Pour le manque de papy/mamie/amis… À l’ère internet, Skype et Facebook, ils n’en seront qu’à un clic la plupart du temps, quelque soit l’endroit où ils se trouvent. Et il y a fort à parier qu’ils se connecteront de moins en moins au fil du voyage 😉
    Le plus dur à faire c’est prendre la décision mais une fois que c’est fait et qu’on a accepté de le faire, alors les portes s’ouvrent les unes derrières les autres, les montagnes s’aplatissent, bref cela parait beaucoup plus gérable tout à coup. Je crois qu’il y a autant de bonnes raisons de ne pas vouloir voyager que de mauvaises raisons. Le tout est de s’écouter et de respecter SES choix.
    Les enfants, eux, ne demandent qu’à être bien, ici ou là-bas, pour peu qu’ils soient avec des personnes qui les aiment et qui leur accorde ce temps qui nous échappe encore trop souvent !

    Répondre
    • Sandrine

      Salut Hélène, Merci de ton témoignage! Les craintes aussi diverses soient elles sont les seules raisons qui empêchent de prendre une décision de partir en voyage au long cours! Pour notre grand voyage de 6 mois, cela m’avait été dur de faire le pas, mais je sais aussi le soulagement et la confiance en soi que l’on gagne quand on arrive à s’arracher des « contraintes sociales »!
      En tout cas, on se rend bien compte que cela dépendra vraiment des enfants et de nos choix personnels!

      En tout cas , bravo à vous d’avoir réussi à franchir le pas et de décider de passer plus de temps en famille pour votre dernière! On attend la suite des événements!

      Répondre
  6. Chris

    Je comprends tes craintes. A 9 ans, un long voyage, cela peut avoir un effet similaire à un déménagement. Mais généralement, les enfants s’adaptent à un déménagement sans trop de difficultés. Et pour ce qui est du manque d’enfants pendant le voyage, à vous d’arranger ça. Une expérience de volontaires dans un orphelinat, une colonie de vacances dans un autre pays pendant que vous faites un petit trip en amoureux… Les possibilités sont multiples :)

    Répondre
    • Sandrine

      Merci Chris pour tes idées! Le volontariat me brancherait bien en famille, mais pour le moment avec notre petit bout de 2 ans c’est un peu chaud!

      Répondre
  7. Oum

    Pfiou ! En voilà une question! C’est vrai que la question d’un tour du Monde est de plus en plus présente dans mon esprit. Mon Mari moins. Et une de ces « interrogations » est justement le besoin qu’aura ma fille de se « reconstruire » à chaque fois qu’on aura à quitter un endroit, un pays … Elle a eu du mal à se faire des amis et on a peur de lui infliger cette épreuve encore une fois.

    Répondre
    • Sandrine

      Bonsoir Oum, c’est un rêve où il faut à tout prix en avoir envie tous ensemble, pour s’épauler pendant les galères et il y en a toujours! Et pour les enfants, comme tu le dis Pfiou! Mais je m’aperçois à travers toutes vos réponses qu’il n’y a pas vraiment de solutions, je crois que c’est un feeling à un moment donné! Après on relativise une parenthèse d’un voyage au long cours, c’est rien dans toute une vie… La preuve on a déjà envie d’en refaire un 😉

      Répondre
  8. Anne

    Pour nous, la question du tour du monde avec les enfants ne se pose plus puisque nous nous sommes séparés.

    Nous avons pas mal voyagé – jamais longtemps à cause de l’école et du travail – et c’était vraiment un grand rêve de partir plus longtemps autour du monde. Mais, mon premier garçon, n’a pas vraiment eu « le virus ». Il aimait bien partir, mais avait besoin de revenir. Il nous a suivi partout sans trop rechigner. Mais au retour de notre dernier grand voyage (il avait 13 ans), il nous a dit qu’il ne partirait plus. Lui parler d’un tour du monde ? même pas en rêve…

    Aujourd’hui (il va bientôt avoir 16 ans), il est bien conscient de la chance qu’il a eue de visiter d’autres contrées et d’aller dans des endroits magnifiques et il en parle avec bonheur, mais il ne sera jamais un grand voyageur. A mon grand regret !!!

    Quant au plus jeune (bientôt 7 ans), il adore partir. Il trépigne d’impatience en attendant les nouvelles vacances….

    C’est très juste ce que vous dites, Sandrine, il n’y a pas vraiment de solutions, juste un feeling à un moment donné…

    Répondre
    • Sandrine

      Bonjour Anne, et merci de votre témoignage! En effet il faut tenir compte du feeling de chacun! Même si nous avons ce rêve dans un coin de la tête, en ce moment, nous sommes très bien chez nous, notre grande ne semble pas prête… En ce moment je me dis que letop serait de partir 2 ou 3 mois chaque année ! Mais là faut pas rêver! 😉

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Partager avec un ami